Ne vous fiez pas aux riches

©dreamstime

Le coup du bonbon a particulièrement impressionné les médias. Il a suffi à un étudiant au doctorat en psychologie de l'Université de Californie et à ses collègues de convaincre 129 étudiants de s'imaginer riches ou pauvres, pour que leurs comportements s'en trouvent modifiés. Ainsi, mis en présence d'un plat de bonbons soi-disant destiné à des enfants d'une salle voisine, les «riches» se sont servis davantage que les «pauvres».

Six expériences ont été effectuées avec d'autres cobayes, qui ont chaque fois abouti à des résultats troublants. Par exemple, des dés roulent à l'écran, et un total supérieur à 12 vaut au joueur un chèque-cadeau de 50 $. Les faux riches étaient plus susceptibles de mentir pour obtenir les 50 $. Ou encore: 274 cobayes conduisent, et doivent passer par une intersection achalandée. Les riches se révèlent plus susceptibles de couper les autres conducteurs... et moins susceptibles de céder le passage aux piétons.

Bien sûr, de telles expériences ont leurs limites, la principale étant que les cobayes doivent imaginer qu'ils sont riches ou pauvres. Mais les résultats n'auraient pas eu l'honneur de cette revue scientifique s'ils ne confirmaient pas d'autres recherches du même genre. Paul Piff, l'auteur principal de la recherche, mentionne par exemple en entrevue le fait que les gens riches -- les vrais -- ont déjà été «mesurés» comme étant plus mauvais à détecter les véritables sentiments des autres.

C'est l'oeuf ou la poule: les riches deviennent-ils plus insensibles, ou les gens insensibles sont-ils plus susceptibles de devenir riches?

| Lien vers l'article original

Et aussi | Proceedings of the National Academy of Sciences