Développement durable

Photo: iStock

Selon Matyas Gabor, directeur marketing chez w.illi.am, les entrepreneurs québécois n'utilisent pas assez le web quand vient le temps de communiquer leurs bons coups en développement durable. Les possibilités offertes par les technologies mobiles sont pourtant infinies, rappelle-t-il. «Avec les médias sociaux, les entreprises peuvent donner l'heure juste en temps réel», dit M. Gabor, en donnant l'exemple de Bombardier qui possède un microsite dédié à la responsabilité sociale.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes. À la fin 2011, Facebook atteindra un milliard d'utilisateurs, soit un septième de la population mondiale. Avec deux milliards de visionnements par jour, YouTube est aussi un incontournable pour rejoindre les consommateurs. «Vous devez engager la conversation, ce n'est plus une option», lance le spécialiste du marketing aux entrepreneurs.

«Parce que tout n'est pas vert, évitez le greenwashing. Soyez honnêtes et transparents sur les réseaux sociaux», met en garde Matyas Gabor. Ses exemples d'utilisations intelligentes du web 2.0? Aux États-Unis, le Zoom room (un gym pour chien!) enregistre les informations des toutous et leurs rendez-vous sur iPad, réduisant ainsi l'utilisation du papier. Les «jeux sérieux», comme celui du constructeur automobile Renault, servent à former les employés grâce à la réalité virtuelle, et ce, sans qu'ils aient à se déplacer et émettre des gaz à effet de serre.

Mariage heureux
Pour démontrer l'heureux mariage entre la technologie, le monde des affaires et l'environnement, Communauto et Nissan profitaient de la conférence Marketing et développement durable pour souligner leur récent partenariat. Dès juillet prochain, 50 voitures électriques Leaf et 50 bornes de recharges seront disponibles aux clients du service d'auto-partage.

Comme le marché du véhicule électrique n'est pas assez mature pour la vente ou la location, le partage représente l'occasion idéale d'utiliser les membres de Communauto comme autant de porte-paroles de la nouvelle Leaf, estiment les représentants des deux compagnies.

Les chiens de garde du 2.0
Plus pessimiste, Ken Rother, président du populaire blogue américain dédié au développement durable TreeHugger (visité par cinq millions de personnes différentes chaque mois) était de passage à Montréal le 2 mars dernier pour dénoncer les grandes marques qui utilisent le marketing vert à n'importe quelle sauce, sans nécessairement améliorer leurs pratiques.

Ses propos rejoignent une récente campagne de Greenpeace dénonçant l'utilisation du charbon par Facebook. Si l'entreprise de Mark Zuckerberg est jeune et populaire, l'organisme environnemental déplore son utilisation massive d'électricité «sale». Cette campagne a été relayée par le site TreeHugger, qui présentait récemment une vidéo demandant à Facebook de renoncer au charbon.

Selon Greenpeace, alors que les entreprises et les grandes marques utilisent de plus en plus les réseaux sociaux pour promouvoir leurs actions durables, les gestionnaires de ces mêmes réseaux doivent aussi montrer «patte verte»!