Un groupe de pirates se réclamant d'Anonymous s'en est pris au site de la F1 pour protester contre la tenue du grand prix de Bahreïn cette fin de semaine. Grâce à une attaque en déni de service (DDoS), les pirates ont pu faire planter le site pendant quelques heures, en plus de s'en prendre à des sites connexes. Et ils promettent de recommencer.

Dans leur message publié sur le site de la F1 et dans un communiqué de presse envoyé par la suite, Anonymous jure de s'en prendre au régime du roi de Bahreïn, Hamad bin Al Khalifa. Ils accusent ce dernier d'avoir tué, torturé et terrifié son peuple depuis plus d'un an. Anonymous promet désormais d'épauler les manifestants dans leur lutte contre le pouvoir, jurant de tout faire en son pouvoir pour nuire à ce régime. Ils demandent entre autres la libération du prisonnier politique Abdulhadi Alkhawaja.

Bien que l'action de mettre à mal le site de la F1 risque d'avoir peu d'impact sur la tenue de la course, certains s'inquiètent de voir Anonymous s'infiltrer dans les systèmes informatiques des équipes, ce qui pourrait nuire à leur compétitivité. Anonymous a déjà promis à l'organisation de faire du site de la F1 « un cratère dans le cyberespace », de s'attaquer à leurs courriels et de brouiller leurs lignes téléphoniques.

Anonpaste et Anontune en ligne

Anonymous a également mis sur pied deux services Web dans le but de contrer la censure. Dernièrement, le site Pastebin, sur lequel Anonymous déversait beaucoup d'informations provenant de leurs piratages, s'est dissocié du groupe Anonymous en indiquant que le site pourrait censurer certains billets et qui, aux dires du groupe de pirates, auraient même donné les adresses IP de certains utilisateurs aux autorités et à au moins une firme de sécurité privée. Anonymous a donc créé le site Anonpaste, un site qui offre les mêmes possibilités que Pastebin, mais qui confère l'anonymat à ses utilisateurs.

Un autre site mis en ligne par des partisans d'Anonymous est le prototype de ce que pourrait devenir Anontune. Le site a pour ambition d'agréger la musique mise en ligne gratuitement sur des sites comme YouTube, MySpace et autres afin de permettre à ses utilisateurs d'en faire des listes et d'écouter ce qui les intéresse sans enfreindre la loi tout en restant anonyme.

Sources : Wired , BBC , Jalopnik , Gizmodo

Suivez BRANCHEZ-VOUS! sur 



----Suivez Charles Prémont sur Twitter! (@Charles_Premont)----